Nos gènes déterminent non

seulement nos caractères,

mais également la réponse

de notre organisme

aux médicaments.

 

À qui est destiné notre service ?

 

Aux personnes sous traitement qui prennent régulièrement des médicaments, ainsi qu’aux patients pour qui un échec thérapeutique ou une intolérance (effets indésirables) peut avoir de graves conséquences. Mais aussi à ceux qui souffrent d’intolérance à leur traitement actuel. Enfin, SONOGEN XP est également indiqué pour les patients souhaitant anticiper une future prise de médicaments avec un traitement parfaitement ajusté et optimisé.

 

 

A quoi sert SONOGEN XP ?

 

Ce phénomène n’est pas rare, bien au contraire. Pour ne citer que quelques exemples, seuls 60 % des patients réagissent correctement au traitement par antidépresseurs, aux médicaments contre l’asthme ou aux antidiabétiques oraux. Concernant les médicaments contre la maladie d’Alzheimer, ce chiffre n’est que de 30 %. Les raisons mises en cause résident entre autres dans notre patrimoine génétique.

 

En effet, la variabilité génique d’un individu à l’autre peut, pour un même traitement, engendrer des concentrations de principe actif différentes dans l’organisme et donc fortement influencer la réponse au médicament. Cette différence de concentration est due au principe actif qui est absorbé, distribué ou éliminé différemment dans l’organisme de chacun.

 

SONOGEN AG est spécialisée en médecine personnalisée : notre vision est de découvrir en amont le traitement sur mesure pour chaque patient.

 

 

A chaque patient un traitement sur mesure

 

Nos gènes sont non seulement à l’origine de différences d‘efficacité des médicaments, mais sont également la clé d’un traitement réussi. La pharmacogénétique a pour objet l’étude de l'influence des facteurs héréditaires sur la réponse à un traitement médicamenteux.

 

Des séquences précises du génome sont passées au crible afin de déterminer en amont les effets d’un médicament sur le patient et d’ajuster la dose ou suggérer une alternative de traitement en cas de risque élevé d’effets secondaires indésirables ou d’échec thérapeutique.

 

Le système expert SONOGEN XP repose sur une base de données pharmacogénétiques associée à des algorithmes décisionnels scientifiques.

 

Nous établissons le traitement personnalisé et adapté au profil de chaque patient en réunissant les résultats du génotypage, les informations du patient et les médicaments prescrits.

 

 

 

Cadre d’analyse et protection des données

 

  • L’analyse pharmacogénétique et l’interprétation des résultats se limitent exclusivement aux gènes impliqués dans l’efficacité des médicaments.
  • Une relation avec une maladie ou le risque d’en développer ne sera en aucun cas établie.
  • Vos résultats et données personnelles sont votre propriété. Ils seront par conséquent traités en toute confidentialité et conservés en toute sécurité conformément à la législation en vigueur et aux directives applicables.

 

 

Dans les faits

 

  • Étude de cas 1

    Une patiente âgée de 64 ans a été traitée pour des douleurs chroniques avec de l’oxycodone et du diclofenac. L’oxycodone est un analgésique opioïde qui est transformé par l’enzyme CYP2D6 en une substance 14 fois plus efficace. Le profil pharmacogénétique élaboré pour la patiente (profil PGx) a révélé pour le gène CYP2D6 une activité enzymatique nulle (Poor Metabolizer, PM). Ce type de profil empêche la transformation du médicament en un principe actif efficace et aura pour conséquence un soulagement de la douleur insuffisant. C’est la raison pour laquelle la patiente a été placée sous tapentadol, un analgésique alternatif utilisant d’autres voies métaboliques. Dès la deuxième semaine qui a suivi ce changement, l’objectif thérapeutique visé, à savoir le soulagement de la douleur, était atteint et a pu être durablement garanti.

     

  • Étude de cas 2

    Un médecin rencontrait des difficultés dans le traitement d’une patiente avec un anticoagulant de la classe des coumarines, fréquemment utilisé dans la thérapie des maladies thromboemboliques. Il suspectait une éventuelle cause génétique. Le profil pharmacogénétique élaboré (Profil PGx) a révélé une sensibilité à la coumarine. En effet la patiente présentait une variation pour deux gènes (VKORC1 et CYP2C9) impliquant une activité enzymatique restreinte. Les patients disposant de cette constellation nécessitent une posologie plus faible qui ne peut être que très difficilement déterminée. Cependant des phases de sous- et surdosage apparaissent souvent pour ce type de patients. Elles peuvent s’avérer toutes deux néfastes: En sous-dosage, le traitement est inefficace et provoque un thrombus plus important (« caillot sanguin »), en surdosage, une susceptibilité accrue aux saignements peut apparaitre.

    Un médicament appartenant à une nouvelle catégorie d‘anticoagulants par voie orale a par conséquent été prescrit à la patiente. Le profil PGx a permis de déterminer le meilleur candidat alternatif pour remplacer la coumarine.  Cette patiente présentait d’autres variations de gènes décisifs dans la réponse médicamenteuse. Pour cette raison, le rivaroxaban a d’emblée été exclu parce qu‘il est éliminé par une autre enzyme (CYP3A4) dont l’activité réduite aurait potentiellement conduit à un surdosage. Ainsi, la patiente a été placée sous dabigatran, ce qui a permis d'atteindre l’objectif thérapeutique en minimisant les risques et exclure les effets (secondaires) indésirables.

     

     

Copyright © 2018 SONOGEN AG

Nos gènes déterminent non

seulement nos caractères,

mais également la réponse

de notre organisme

aux médicaments.